mardi 9 juillet 2013

Entreprises : Comment utiliser les réseaux sociaux


Mehdi Coly, concepteur de Linkeyword, une solution innovante de référencement naturel, propose son analyse des bonnes pratiques en matière de réseaux sociaux.

« Être présent sur les réseaux sociaux est un objectif commun à la plupart des entreprises souhaitant vendre sur le web ou grâce au web. Convaincues de l’importance d’être sur facebook et twitter », les entreprises investissent dans un community manager, une agence SEO ou un freeelance pour créer une page et des comptes corporate sur lesquels publier des news plus ou moins régulièrement.
Cette vision minimaliste de l’utilisation des réseaux sociaux est à la fois couteuse et inutile.

Être présent ne suffit pas.

Créer une page facebook ou un compte twitter prend 5 minutes et reste à la portée de n’importe quel chef d’entreprise, même technophobe. Par contre, créer une communauté capable de faire connaître l’activité de l’entreprise de façon virale est une tâche extrêmement délicate.
Le Web 2.0, c’est précisément l’inverse d’une d’une démarche consistant à publier du contenu sur une page ou un compte en espérant que les followers vont se délecter de news commerciales régulières en mode : « Regardez mon nouveau produit, il est tout beau et pas cher ». Le web 2.0 consiste à rendre la communication multilatérale, et à faire reposer la création de contenu sur une multitude d’internautes. La communication corporate  2.0 est donc justement celle qui n’est pas le fait d’une seule voix dominante (celle de la personne morale « entreprise), mais d’une multitude d’individus, ayant un nom, un prénom et une histoire. La viralité se caractérise donc par la confiance qu’un individu peut avoir en un ensemble d’autres individus.

Créer une communauté

Utiliser les réseaux sociaux pour faire connaître sa marque, c’est donc avant tout travailler à la constitution d’une communauté d’individus ayant un intérêt convergent. Lorsque l’on a la chance de posséder une grande marque, cet intérêt peut être la marque elle même. Mais il faut être Apple,  Ferrari ou Hermès pour générer une communauté d’utilisateurs et admirateurs d’une marque. Dans tous les autres cas, c’est donc une communauté d’intérêts plus généraux et extérieurs à l’activité de l’entreprise qu’il va falloir créer. Par exemple, il est possible de rassembler sur un groupe facebook une communauté de parents ayant des enfants en bas âge et qui se posent des questions identiques sur l’éducation et l’entretien des bébés. Une fois que ces personnes sont mises en relation, et discutent ensemble, il est facile de soumettre à leur sagacité le lancement de tel produit répondant à un besoin ou à une problématique qu’ils ont identifié dans leurs discussions précédentes.

Organiser son entreprise

Puisque l’entrepris ne doit pas parler d’une seule voix, l’idéal est donc d’impliquer les salariés, en tant que personnes, dans la constitution de la communauté. Un client sera toujours plus intéressé par la rencontre d’une personne physique ayant quelque chose à dire plutôt que par un discours animé par une entreprise, à la fois impersonnelle et distante. Dans la plupart des cas, le fait de proposer aux salariés d’animer une communauté facebook, twitter ou Linkedin est un véritable changement de culture. Mais le jeu en vaut certainement la chandelle, car paradoxalement, les réseaux sociaux peuvent créer des liens beaucoup plus personnels avec les prospects, à condition de mettre, en face de chaque client, une véritable personne et pas une entité commerciale diffuse. »

Article proposé par Mehdi Coly, société Lnkeyword

Aucun commentaire:

Publier un commentaire